La nouvelle pièce de Jalila Baccar et Fadhel Jaibi « Corps-otages » (Khamsoun) censurée en Tunisie


Une pièce de théâtre censurée

(OLPEC/IFEX) – Ci-dessous, un communiqué de presse de l’OLPEC daté du 10 octobre 2006 :

La commission d’orientation du ministère de la culture vient de censurer la pièce de théâtre « Corps-otages » (Khamsoun) de Jalila Baccar et Fadhel Jaibi. Après avoir tergiversé durant plus de trois mois, cette commission de censure, qui contrôle la distribution de la production théâtrale dans les salles tunisiennes, a refusé de délivrer le visa à cette pièce. Elle exige que le réalisateur accepte de se conformer à une liste de 100 sujets de censure à appliquer à la pièce s’il désire avoir le visa.

La pièce, qui traite du thème des conflits qui traversent la société tunisienne après cinquante ans d’indépendance (extrémisme religieux, terrorisme, conflits de générations, dérive politique sécuritaire. . . ) n’a pas plu aux autorités. Ils exigent d’éliminer toutes les dates, tous les noms de personnages et de lieux, d’évacuer tous les textes coraniques et d’effacer toute référence à l’histoire du pays. Les Tunisiens seront privés de ce spectacle qui a été cependant présenté en juin 2006 au théâtre de l’Odéon à Paris et connu un grand succès.

En Tunisie, seule le théâtre est soumis à une censure préalable réglementée par un texte légal. Un visa de représentation publique est requis pour toute production. Il est délivré par la commission nationale d’orientation relevant du ministère de la Culture et où siègent des représentants des ministères de l’intérieur, des affaires religieuses et de la culture.

Rappelons que la commission exerce deux niveaux de censure : l’une directe et qui consiste à refuser de délivrer le visa de représentation ; la seconde, à travers une situation de quasi monopole du réseau de distribution. La commission peut s’abstenir d’accorder l’autorisation de distribution dans les salles publiques, même si elle a accordé le visa.

Cette dernière mesure, plus vicieuse, est une forme de condamnation de l’oeuvre à ne pas être représentée, état donné que l’Etat est le principal propriétaire des espaces culturels et par conséquent le principal acheteur de ces productions.

L’OLPEC:
– condamne cette censure caractéristique des Etats totalitaires
– rappelle que la liberté d’expression est un droit fondamental garanti à tous les citoyens par la Constitution ainsi que les instruments internationaux et particulièrement l’Article 19 de la déclaration universelle et du Pacte relatif aux droits civils et politiques
– estime que la création artistique n’a pas à se conformer à des exigences politiques ou religieuses et qu’elle doit pouvoir s’épanouir librement loin de toute tutelle
– exprime son soutien à Jalila Baccar, l’auteur du scenario, et Fadhel Jaibi, le réalisateur, ainsi qu’à toute la troupe Familia.

Pour l’Observatoire
Le Président
Mohamed Talbi

Source IFEX

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter l’OLPEC, courrier électronique: postmaster@observatoire-olpec.org
http://www.observatoire-olpec.org

Publicités
par mkarriz Posté dans Non classé

10 commentaires sur “La nouvelle pièce de Jalila Baccar et Fadhel Jaibi « Corps-otages » (Khamsoun) censurée en Tunisie

  1. Message à « La commission d’orientation du ministère de la culture » tunisienne:

    Ya3tikoum dè ylimmkoum (pour être poli), vous avez tué l’esprit artistique et critique des Tunisiens !!!

  2. Le théâtre est le miroir de la société. Nous tunisiens qui vivons HEUREUXXXXXX et dans les nuages de la skhyzo, devons sans doute rire ou pleurer de nos matins « calmes » en apparence..
    La censure est idiote, elle est le miroir d’une médiocrité qui à force d’exiger pour nlous « le BONHEUR », finissons et mourrons dans la lassitude de ceux qui n’attendent plus rien…. sauf de nous terrer à force de refuser notre réalité.
    La créativité et l’expression sont libres… nous jouons tous nos « pièces téatriques!!! sans censure chez nous » a tuer de fou rire…… c’est la seule revanche des forcenés du Heureuxxxx forcé.

    Quand la Tunisie s’exprime par un message artistique aussi fort, elle honore ses enfants. Nous irons voir et nous parlerons et nous exigerons de voir et revoir et encore voir de nouveau ce qui reflète notre malaise, notre mal d’être, notre refus de la torpeur.
    Même le courage de vous exprimer notre refus de l’idiotie, nous fait peur, comme quoi vous avez réussi à nous museler.

    En attendant des jours meilleurs

  3. Très bien dit. J’espère un jour voir un mouvement de protestation à grande échelle regroupant artistes, journalistes, etc. parce qu’on est tous concerné par la censure !

    En attendant des jours meilleurs qui, malheureusement, tardent à venir 😦

  4. Vraiment une très bonne pièce de théâtre qui nous donne exactement ce qui se passe actuellement mieux vaut la diffuser que la censurer Nous sommes modérer et nous devant avancer et jamais reculer

  5. un grand MERCI
    à toute l’équipe qui à travailler arriver à cette grande création
    un grand merci aussi à tout les gens qui ont soutenu cette troupe contre la censure
    on est en manque de cet art de l’art de l’expression l’art de la parole directe
    on en demande plus pour avoir une population plus engagée dans les affaires du pays

  6. la peur! mais de quoi ont ils peur? voilà bien longtemps que le peuple tunisien ne représente aucun danger pour le pouvoir en place.. je suis tenté de dire depuis toujours même. cette censure souligne le ridicul dans le quelle nous somme obligé de vivre au quotidien, engendrant une tristesse profonde chez la population et une maladie avéré du la citoyennetée tunisienne apolitisée et frileuse. « que le plus fort gagne » est l’expression la plus adéquate pour exprimé ce qu’est la TUNISIE!!

  7. Nous avons beaucoup apprécier votre spectacle hier à Evry 91.
    quel courage !
    Bravo à toute l’équipe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s