Ras-le-bol, les Tunisiens renouent avec la rue


 Tunis – L’avenue Habib Bourguiba a renoué avec la violence le soir du 5 août 2012. Malgré l’interdiction, les manifestants n’ont pas reculé face à la l’intervention violente des policiers. Les Tunisiens n’ont plus le choix que de manifester leur opposition aux politiques gouvernementales et aux attaques de plus en plus flagrantes contre les libertés individuelles. La révolution est encore une fois en cours!

Publicités

Tunisie 7 nov.: Fatma est libre; les autorités encaissent et reculent


Fatma Arabicca est libre aujourd’hui. Je suis très content pour elle et pour celles et ceux qui l’on soutenue. Mais, je suis encore plus triste de voir mon pays arriver à ce niveau de dégradation des droits et libertés.

Le 7 novembre 2009, à peine quelques jours après la farce électorale, le régime montre sa férocité envers les journalistes et toutes les plumes libres. Arrestations arbitraires, accusations fabriquées de toutes pièces, etc. On est habitué? Certainement! À qui le tour?

Cependant, après l’arrestation de Fatma, un raz de marée de protestation s’est créé. Oui un raz de marée pour le Tunisien dont la protestation est souvent timide. En l’espace de quelques heures seulement, au moment où on parle, le groupe de soutien sur Facebook Free Fatma Arabicca – الحرية لفاطمة آرابيكا affiche près de 1700 membres. C’est du jamais vu en Tunisie. Même les groupes qui se sont constitués pour d’autres journalistes et dissidents, et la manifestation en ligne Yezzi-Fock! n’ont pas atteint ce chiffre en si peu de temps, même si le contexte n’est pas le même. Le malheur de Fatma (pour ne citer que celle-ci), c’est également le malheur de tous les Tunisiens. Preuves à l’appui!

Les contrecoups de la répression et le raz le bol qui ne cesse de s’aggraver au fil des ans commencent à se faire sentir. On a beau essayer de de nous faire avaler des pilules des années durant mais, les Tunisiens semblent les refuser et les rejeter du revers de la main.

La libération, aujourd’hui, de Fatma est un pas en arrière du régime en place. Il encaisse! Peut-être que ça peut vous paraître farfelu, ou exagéré, mais non, pas du tout! Ce régime a duré longtemps, trop longtemps et on a le droit au changement démocratique, notre choix! En tout cas, la méfiance, le doute et la confusion sont palpables chez les Tunisiens. Regardez autour de vous, écoutez ce qui se dit, n’ai-je pas raison!? Des signes avant-coureurs de fin de règne dites-vous? Peut-être!

M.

!حرّة أنت يا فاطمه


free-arabicca4

جبناء انتم ام شبه رجال

لا تساوون قلم فاطمه

بل أنتم عصي ضعاف

تخافون أحرار البلاد

و أحرارها نساء

أقوى من القضبان


فاطمه ارابيكا … سجل ايها التاريخ


يوم وقع القبض على المرحوم زهير اليحياوي كان يوما تعيسا 4 جوان 2002، ارتكب جريمة حرية الراي و التعبير. 7 سنوات مرت منذ ذلك الوقت و لم يتغير في البلاد شيئا. اطلق سراح زهير، ثم فارق الحياة و ذهب في حال سبيله تاركا للطغات فقرهم ليتقاسموه. اليوم للمرة الألف يتم القبظ على الأحرار. من بينهم فاطمه ارابيكا (4 نوفمبر 2009) التي رفضت الركوع لتكون مرأة تونسية حرة و رأسها عال.

السابع من نوفمبر 2009
سجل ايها التاريخ
سجل رقم المغتصبين
للمرة الثانية والعشرين

م

Rester debout et ne jamais vendre son âme!


Free Fatma Arabicca
Free Mohamed Soudani
Free Taoufik Ben Brik
Free Zouhair Makhlouf

Une énième gifle pour les droits humains en Tunisie. Une énième atteinte aux libertés. Mais la Tunisie Libre triomphera, Hommes et Femmes, les vrai(e)s resteront debout malgré tout!

Où sont ceux qui prétendent la transparence et la justice pour tous en Tunisie? Où sont-ils-elles? Où sont ces vendus qui nous ont soûlés avec un discours pathétique sur la Tunisie exceptionnelle, l’unique, la démocratique, la respectueuse des droits, la meilleure des meilleurs? Pourquoi vous vous taisez maintenant? Pourquoi ne dénoncez-vous pas les dépassements du régime? Pourtant ils sont là!

Où sont ces soi-disant journalistes, ces êtres errants vides d’intellect, ces coquilles perdues au milieu de nulle part, sans idées, sans amour propre! Pourquoi n’êtes-vous pas ce que vous prétendez être?

Où sont ces soi-disant politiciens (ministres, gouverneurs, etc.) menés par le bout du nez comme des moutons béni-oui-oui? Pourquoi ne faites-vous pas un geste? Pourquoi n’êtes vous pas honnêtes avec vous-mêmes?

Où sont ces silhouettes en mauves brandissant leur ignorance et piétinant leur dignité d’êtres libres? Dites un mot juste au moins, reconnaissez l’existence des torts de vos maîtres!

Où sont ces soi-disant artistes qui se disent des Tunisiens et ont les têtes hautes, mais les culottes baissées!

Où sont ces grands-penseurs qui ont vendu leurs âmes pour devenir des disques rayés sans valeur. Répétez la vérité et dites-la haut et fort et vous serez écoutés, lâches que vous êtes!

Où sont ces corps sans âmes, ces fantômes violets, où sont-ils quand il s’agit de liberté, la vraie?

Où sont-ils quand il faut rester debout, d’exprimer leur patriotisme, le vrai? Où est votre dignité? Certes, vous n’en possédez aucune!

Allez, allez vous prostituez encore une fois, vendez encore votre âme à vos bourreaux, le 7 novembre est pour demain, Bande de lâches!

Vive la liberté!
Vive le Bassin minier!
Félicitations à ces hommes et femmes libres et libérés!
Liberté pour Fatma, Mohamed, Zouhair, Taoufik, et tous les autres!

: »يقول زهير اليحياوي التونسي متاع التونيزين الله يرحمو في نص « كلانا بوبي يا الخو !

أسمعوني مليح راني نحمل ونعدي مدة طويلة ونطفي في الضو (…) آما وراس بابا لا نرشفها لواحد كي يبدا شكون (…) لا نخاف لا من الموت ولا من الحبس واللي
عندو ريح يذري عشرة رئيسا وحكومة وشعبا وأشباه معارضين.

M.

Vivent les élections! Au diable les élections!


Dimanche prochain, le 25 octobre, je vote!

Je vote, c’est mon droit, c’est mon devoir! J’exerce ma liberté. Je choisirai un candidat de confiance en toute liberté, en toute confiance! Je suis conscient que les choses doivent changer, et ils changeront par mon vote et celui des autres.

J’en ai marre de voir la même personne au même poste depuis longtemps, la même couleur, la même merde! C’est assez! J’en ai marre de ces scandales, marre de cette mafia, marre de ces corrompus qui sévissent au vu et au su de tous et qui agissent en toute impunité.

Je voterai en toute liberté et personne ne viendra m’espionner, personne ne me dira à qui voter. Personne ne me harcèlera pour en avoir choisi un candidat différent de l’actuel. Personne ne crèvera les pneus de ma voiture. Personne ne cassera les vitres de mes fenêtres. Personne ne mènera la vie dure à ma famille. Personne ne m’en voudra. Je respire la liberté!

Ce n’est pas une blague! Je ne suis pas fou, non! Je n’ai pas tourné la veste non plus. Je ne boycotterai pas les élections. Je suis contre le boycott et le défaitisme quand je sens que je suis libre. Et là, je le suis pour de bon. Je participe donc activement, je contribue comme je veux et comme je peux pour un vrai changement.

Le 25 octobre, j’irai voter à Montréal. Je voterai par anticipation aux élections municipales de la ville de Montréal.

Ici, au moins, personne n’est irremplaçable, personne ne supplie personne pour briguer un nouveau mandat, personne ne prend les citoyens pour des cons. Et si tu ne tiens pas tes promesses, tu dégages, tu es incompétent!

Au diable alors la mascarade électorale mauve de Ben Ali!

Qui paie cette campagne électorale de mauvais goût?


(…) au port de La Goulette, la cérémonie d’accostage d’un bâteau, baptisé « Fidèles à Ben Ali », qui a embarqué, hier matin du port de Bizerte, dans le cadre de la campagne électorale pour les élections présidentielle et législatives.
Les 400 jeunes, filles et garçons, qui étaient à bord de ce bateau (…)
La Presse

Je suis on ne peut plus scandalisé par ce passage!

Je me demande qui paie ce bateau qui voyage de Bizerte à Tunis? Qui loge et nourrit les 400 personnes qui étaient à bord? Ce n’est certainement pas une croisière touristique!

« Dans le cadre d’une campagne électorale »!! On OSE en organiser une, mais pour quoi faire? Pour se moquer des gens. Des gens qui paient, les contribuables!?

Mais qui paient toutes ces banderoles polluantes, ces affiches agressantes et de mauvais goût? Qui oserait dépenser des millions pour des torchons? Qui exactement, si ce n’est une bande en manque de reconnaissance qui veut se faire plaisir sur le dos des citoyens?

Qui paient ces déplacements, ces dîners, ces rassemblements? Qui à part les contribuables qui comme vous et moi voyons notre argent payer des niaiseries pour satisfaire les caprices de gens sans scrupules alors que ça devrait améliorer la vie de tous les Tunisiens!

On a le droit de demander une reddition de comptes à tous ceux qui gèrent notre argent. Notre argent: nos taxes et impôts doivent être investis pour améliorer les services aux citoyens.

Moi, je refuse catégoriquement ces façons de faire et je dis haut et fort que les responsables doivent rendre des comptes pour nous dire d’une façon transparente combien d’argent a été dépensé dans toute cette campagne. Rien ne doit passer sous silence!

M

Tunisie: le limogeage de l’ex-ministre et le mauve, ça me soule !


… et de démettre M. Rafaâ Dkhil de ses fonctions. (La pAresse du 9 octobre)

Transparence dites-vous? Mais de quelle transparence s’agit-il? Le fait de dire dans des pseudojournaux que Ben Ali a décidé n’est pas de la transparence! Non! Il faut que l’on sache plus sur cette affaire, où sont les vrais journalistes? Où sont les questionnements sur cette affaire. Comment peut-on laisser quelque chose passer sous silence sans en connaître le pourquoi et le comment? Le roi a décidé, vive le roi!?

Quelles sont les raisons directes qui ont poussé à le démettre de ses fonctions? A-t-il commis une bourde? une erreur grave? On a le droit de savoir, mais on ne sait que dalle! C’est scandaleux!

D’ailleurs, on pourrait comprendre que les ministres en Tunisie ne font rien, aucune initiative, de simples exécutants administratifs de rien du tout. Ils faut avoir l’aval de papa pour tout et n’importe quoi! Quel métier de merde! J’ai vraiment honte!

Il y a le contexte, les élections. Le tirage des « candidats à la présidence » quant au temps alloué à la télé. Cela est-il pour quelque chose?

Je ne sais pas si cela est passé a la télé, mais ce que je sais, c’est que s’il n’y a pas d’explication, c’est que le climat qui règne est un climat de non-confiance, n’en déplaise à La presse et à tous les médias ridicules qui veulent faire croire aux Tunisiens que le mauve est la couleur de préférée de tous.

Dailleurs, franchement, on se fout royalement de cette couleur! Je trouve que c’est de mauvais goût que de l’imposer au gens. C’est même une atteinte à leur liberté. Comment peut-on imposer une couleur partout et là où on va! Des fois, c’est tellement agressant, c’est même moche! plus que ça, c’est à gerber!

Ce que je trouve déplorable dans tout ça, c’est que l’argent du contribuable va dans des choses dont on ne veut pas. C’est nous qui payons toutes ces conneries, j’en reviens pas qu’il y ait autant de dépenses inutiles, oui inutiles! alors que les vrais projets sont en attente! Si tu veux embellir les villes, essaie de préserver le patrimoine qui tombe en ruines. Ce n’est pas en peignant tout du violet que ça va nous paraître beau. Ce n’est pas en faisant tout ce tapage que l’on va croire que la Tunisie est démocratique! Encore des dépenses inutiles dans élections qui ne valent pas un sous!

Les vrais gestes d’ouverture ne se mesurent pas à tout l’argent du monde. L’histoire ne retiendra pas la couleur mauve, mais les vrais gestes d’ouverture qui n’ont pas eu lieu et les décideurs qui ont raté leur coup lamentablement.

M.

Le régime tunisien veut tuer El-Maoukif !


Selon RSF

Selon les responsables du journal, les saisies seraient liées à la publication d’articles sur des problèmes de société sensibles, tels que la hausse du prix des produits de première nécessité ou encore la distribution d’une huile frelatée. De plus, Rachid Khechana ainsi que Nejib Chebbi, directeur de publication de l’hebdomadaire, sont poursuivis en justice pour “diffamation” par cinq sociétés de commercialisation de marques d’huile. Au total, les plaignants ont requis des dommages et intérêts s’élevant à 500 000 dinars tunisiens (l’équivalent de 274 000 euros). Selon le rédacteur en chef d’Al-Maoukif, une telle condamnation signerait la mort du journal. Rachid Khechana et Nejib Chebbi devront se présenter devant le tribunal le 10 mai prochain.

Après, l’affaire du local que le PDP a gagné, les saisies répétitives, en voilà du nouveau! En effet, le régime ne cesse de nous « impressionner ».

El-maoukif est un journal libre et traite les sujets sensibles que l’on essaie de nous cacher à tout prix. Personnellement, je dénonce fortement cette nouvelle tentative d’asphyxie des voix libres et contestataires en Tunisie.

Vive El-Maoukif!